Prix de l’assurance crédit : comment l’optimiser

prix-assurance-crédit

Prix de l’assurance crédit : comment l’optimiser

Généralement imposée par la banque en échange de l’acceptation du crédit, l’assurance du prêt immobilier peut représenter un surcoût important pour l’emprunteur. Cependant, il est possible de faire jouer la concurrence pour réduire son impact !

L’assurance de prêt immobilier est souvent obligatoire

De nos jours, les banques imposent de manière quasi systématique la souscription d’une assurance lors de l’octroi d’un prêt immobilier, pour garantir le remboursement de l’emprunt en cas de décès ou d’invalidité grave de l’emprunteur. Cette assurance peut aussi être vue comme une protection pour le titulaire du prêt immobilier, qui s’assure ainsi que ses proches (conjoint, enfants) n’auront pas à assumer le remboursement en cas de défaillance de sa part. Pour autant, l’assurance de crédit a un coût important et peut représenter dans certains cas jusqu’à la moitié du taux annualisé effectif global (TAEG) du crédit !

Assurance crédit : un renforcement progressif de la concurrence

Il y a encore quelques années, les emprunteurs étaient obligés de souscrire une assurance auprès de la banque proposant le crédit immobilier et n’avaient pas de possibilité d’en changer. Mais cette barrière anticoncurrentielle a heureusement été levée peu à peu… Depuis 2010, les emprunteurs d’un crédit immobilier peuvent contracter une assurance de crédit dans un autre établissement à condition que le niveau de garantie soit équivalent à celui de la banque. Depuis 2014, il est possible de changer de compagnie d’assurance dans un délai d’un an après avoir signé le contrat de prêt et d’assurance auprès de sa banque. Et depuis 2017, les emprunteurs peuvent changer d’assurance tous les ans à sa date de reconduction annuelle !

De la nécessité de faire jouer la concurrence pour l’emprunteur

La possibilité de changer d’assureur chaque année et de trouver une meilleure offre ailleurs est un véritable avantage pour les emprunteurs, car l’assurance de crédit est calculée à partir du capital emprunté au départ contrairement aux intérêts qui sont eux calculés à partir du capital restant dû ! Par ailleurs, les banques classiques désormais soumises à une rude concurrence vont devoir revoir leurs pratiques et leurs méthodes si elles veulent conserver leurs clients !