Apporteur d’affaires immobilier : quel est son rôle ?

Un apporteur d’affaires est un intermédiaire qui organise la mise en relation de plusieurs personnes susceptibles de parvenir à la conclusion d’un accord commercial. En contrepartie, l’entreprise rémunère l’apporteur d’affaires, dont la mission s’arrête dès que les parties entrent en contact. Les accords passés ou non grâce à son entremise ne sont pas de son ressort. L’apporteur d’affaires est donc libre et non subordonné à l’une ou l’autre des parties. Les apporteurs d’affaires exercent le plus souvent dans les domaines de l’immobilier ou du BTP, mais peuvent intervenir dans tout type de relation commerciale, dès l’instant où ils permettent la mise en relation de deux parties ou plus.

Apporteur d’affaires : une profession non reconnue

N’importe qui peut être apporteur d’affaires

La profession d’apporteur d’affaires n’est pas reconnue et sa rémunération ne correspond à aucun statut juridique, social ou fiscal spécifique. En théorie, un particulier peut donc devenir un apporteur d’affaires dès l’instant où il favorise une rencontre commerciale. Mais ce n’est que de la théorie, car un particulier ne peut émettre de facture. Pour pouvoir être rémunéré, ce particulier doit au moins s’immatriculer en tant qu’autoentrepreneur pour pouvoir prétendre à une rémunération, soit sous forme d’un pourcentage du montant de ladite affaire, soit sous la forme d’une commission forfaitaire. N’étant pas une profession reconnue, l’apporteur d’affaires immobilier n’est pas tenu de justifier d’une quelconque qualification ou diplôme. Cependant, pour être à l’aise dans ce rôle, il est fortement conseillé de disposer d’une certaine expérience en immobilier ou en BTP. Mais même s’il agit en tant que commercial, il n’est pas agent immobilier ni professionnel du BTP.

Le recours à un apporteur d’affaires

Certaines agences immobilières peuvent avoir recours aux services d’un apporteur d’affaires. Dans ce cas, un contrat est rédigé entre l’apporteur d’affaires et les parties, fixant les conditions de sa rémunération, les modalités de son champ d’intervention, le type de prospect à rechercher, ainsi que la durée de sa mission… Il est préférable de faire rédiger ce contrat par un professionnel, avocat ou juriste, dans la mesure où il sécurise les relations entre les parties et permet d’éviter tout litige ou contestation ultérieurs. L’apporteur d’affaires n’intervient pas dans la négociation qui suit la mise en contact des parties et ne prend aucun engagement.

Apporteur d’affaires immobilier : attention à la ligne rouge

Légalement, l’apporteur d’affaires immobilier ne peut agir que de façon exceptionnelle au regard de l’article 1 de la loi Hoguet du 2 janvier 1970. En effet, les dispositions de cette loi précisent que seuls les détenteurs d’une carte professionnelle peuvent se livrer ou prêter leur concours à des opérations immobilières telles que “l’achat, la vente, la recherche, l’échange, la location ou sous-location, saisonnière ou non, en nu ou en meublé d’immeubles bâtis ou non bâtis”. Il en résulte que seuls les agents commerciaux et les agents immobiliers peuvent exercer le rôle d’apporteurs d’affaires de manière régulière. En dehors de ce cadre, l’apporteur d’affaires ne peut agir que de manière exceptionnelle ou fortuite, et toute récurrence sans détention de la carte professionnelle serait hors-la-loi. Cela s’apparente à un exercice illégal du métier d’agent immobilier, et ce dès la seconde opération d’apport d’affaires.

Apporteur d’affaire et agent commercial

L’agent commercial est soit titulaire d’une carte professionnelle, soit mandaté par un agent immobilier titulaire de cette carte. Il est salarié et à ce titre, perçoit une rémunération de base, appelée le fixe. Il est soumis aux règles déontologiques de la profession, et dépend d’un employeur. Par abus de langage, nous considérons comme identiques la profession d’apporteur d’affaires immobilier et d’agent commercial immobilier. Il est vrai que pour les parties mises en contact il y a peu de différence, la plus importante étant que l’agent commercial est détenteur d’un mandat, par le biais duquel son client lui laisse toute latitude pour négocier et conclure l’affaire concernée par le mandat.

Cette profession qui n’en est pas vraiment une est une nébuleuse juridique, dans laquelle il faut savoir louvoyer pour éviter les complications. Cela ne remet cependant pas en cause la qualité du travail fourni par ces entremetteurs, que les grosses entreprises sont souvent bien heureuses de trouver et auxquels elles confient volontiers des missions parfois délicates.

Tweetez
Partagez
Enregistrer